Bonjour et merci de votre insistance pour que je me décide à écrire cet article qui va traiter du dégât des eaux sur un parquet et de ses implications.
Pour être clair, ce n’est pas quelque chose de sympa à écrire, car, si je commence par la caractéristique principale d’un dégât des eaux ; c’est un accident !
Un accident avec trois aspects qui vont impacter votre vie quotidienne :
Un accident est rarement intelligent… le bon sens nous véhicule d’ailleurs souvent cette expression « un accident stupide qui aurait pu être évité ! ». Donc déjà, selon les sensibilités, cela peut fortement agacer.
Ensuite… hé bien ça va prendre du temps pour tout remettre en ordre. Et lequel d’entre nous n’a pas quelque chose de plus intéressant à faire ?
Et la cerise pour le gâteau : ça peut devenir pire, tout de suite et pour un long moment…

Je reviens au point de départ : un dégât des eaux sur parquet se produit de deux manières ;
Le goutte à goutte par infiltration, lentement mais sûrement et lorsque l’on s’en aperçoit, le mal est fait. La vitrification de surface ne protège pas l’envers des lames.
Le déluge ! J’ai personnellement contemplé les vestiges d’un salon après le passage de 19 mètres cubes d’eau en un week-end. Et comme par hasard, en l’absence de l’occupant et des voisins !
L’eau fait gonfler le bois, les lames de parquet se déforment et selon le type de parquet et le mode de pose, le dégât des eaux est plus ou moins réversible :
Les parquets en pose flottante seront les plus fragiles puisqu’ils ne sont pas fixés au sol. La déformation du parquet peut devenir spectaculaire et atteindre plusieurs dizaines de centimètres en hauteur. Ce type de parquet sera difficilement récupérable.
Les parquets massifs collés au support vont réagir en fonction de la qualité de la colle, du volume d’eau et de la durée d’imprégnation. Dans le meilleur des cas un tuilage des lames (déformation en forme de tuile) peut se récupérer par un ponçage soutenu une fois le matériau asséché.
Le parquet massif cloué, et même très bien cloué, n’apprécie pas du tout l’eau. Il subit une déformation souvent irréversible. S’il est posé sur sable, celui-ci va stocker l’eau plus ou moins longtemps…

Une fois la déclaration faite à votre assurance, vous êtes certes pris en charge. Mais justement sans trop avoir d’initiative.
Et j’espère ne choquer personne si je dis tout haut que les assurances veillent d’abord à leurs intérêts et ensuite au votre. Ici commence la recherche des responsabilités, l’intervention du ou des Experts. Et on vous conseille gentiment : attendez le séchage des locaux…
A ce stade vous pouvez demander l’installation d’un déshumidificateur de location pour accélérer les choses.
Ensuite deux options deux options se présentent :
L’assurance impose son intervenant, vous êtes alors en droit d’exiger les qualifications de ce professionnel. Vous pouvez demander de votre coté un devis comparatif et au minimum l’obtention d’une réparation à l’identique !
Option B, vous sélectionnez un artisan qui devra être un professionnel confirmé de la pose. Celui-ci devrait connaître les différentes étapes de mise en œuvre pour retrouver votre parquet initial.

Je ne vais pas insister sur le choix de votre intervenant. Aujourd’hui le temps de gestion d’un dégât des eaux sur parquet prend dans la pratique un délai de 3 à 6 mois. Ne laissez pas s’ajouter au sinistre en cours, un litige ou un retard avec un artisan non confirmé.

Sans oublier qu’un parqueteur expérimenté vous assurera une assistance technique beaucoup plus pertinente et actuelle que les connaissances génériques d’un Expert mandaté par une compagnie d’Assurance.

Visited 143 times, 1 visit(s) today